Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
AVALI avali, a rivistablog primurosa di u spannamentu di a pruduzzioni litteraria corsa d’oghji, ma à tempu locu di baratti è di critica suciali.

LEGI LITTURALI

marceddu
LEGI LITTURALI
LEGI LITTURALI

A situazioni di a Corsica oghji chjamaria à una riflissioni funda. Parichji sughjetta mòsciani chì a noscia ìsula hè à a mala via. Si ni pò mintuvà calchiadunu chì sò cunnisciuti assa': pulitichedda, sbiutera di i paesa, disimpiecu, curruzioni, attività illìciti, pèrdita di a so idintità, pèrdita di i valori tradiziunali, pèrdita di so tarri à prò di u capitali frusteru; di a lingua è di a cultura ùn si ni parla mancu più, cosi capulati da un pezzu. Vularia eu incalcà à nantu à un puntu chì mi pari di primura. Spissu si senti dì par pruteghja i nosci piaghji è i nosci tarri in ginirali, ch'iddu...

Bernardo Atxaga (scrittori bascu)

marceddu
Bernardo Atxaga (scrittori bascu)
Bernardo Atxaga (scrittori bascu)

Autori di lingua basca cunnisciutu è stracunnisciutu pà u so rumanzu Obabakoak, ricusa Bernardo Atxaga di essa in i panni di u scrittori naziunali. s'edd'hè aredu di una tradizioni culturali, nanzi saria quidda litteraria. Bernardo Atxaga n'en revient pas de pouvoir vivre de la littérature et poutant cet écrivain de quarante-quatre ans a déjà à deux reprises incarné la littérature basque. En 1974, d'abord, avec Etiopia, un recueil de poèmes qui a bouleversé la poésie basque. En 1989, ensuite, avec Obabakoak : Prix national (espagnol) de littérature, Prix de la critique (espagnole) et Prix Euskadi....

Requiem (un peu trop) anticipé pour une langue à l’agonie.

marceddu
Requiem (un peu trop) anticipé pour une langue à l’agonie.
Requiem (un peu trop) anticipé pour une langue à l’agonie.

Traduit du corse Tiracci l'usciu ? Quissa po nò. C'est un jeudi soir, dans la sacristie de la cathédrale d'Aiacciu. Je suis là à écouter les hymnes que les chantres de San Ghjuvan Battisti entonnent à pleins poumons. L'entrelacement mystérieux des voix de la paghjella confère un écho particulier à ces syllabes latines mâchées par des bouches corses. J'ai le sentiment de tout comprendre. Les voix s'éteignent, aussitôt s'élèvent à nouveau. C'est un cantique à la Vierge en toscan interprété lors des processions. Le fait que ces chants soient restés dans les mémoires ne cesse de m'émerveiller. À présent...

TIRACCI L'USCIU ? QUISSA PO NÒ !

marceddu
TIRACCI L'USCIU ? QUISSA PO NÒ !
TIRACCI L'USCIU ? QUISSA PO NÒ !

Un ghjov’è sera, in sacristia à Domu, a catidrali aiaccina, stocu à senta à l’inni intunati cù tanta sulennità da i cantarini di San Ghjuvan Battisti. L’intrecciu arcanu di u cantu in paghjella, cunceda unu rilevu particularu à i sillabi latini mastacciati da bocchi corsi. Mi pari à veru di capiscia tuttu. À tempu compiu, attaccani subitu cù un canticu di prucissiò à a Madonna, in tuscanu. U fattu ch’eddi fussini ferma impressi in i menti ‘ssi canti mi laca smaravigliatu. Avali, smettini di cantà i cunfrateddi, è trà eddi, a si raghjonani in corsu. Sò cunscentu di a furtuna meia, di truvammi in...

MATINA LATINA

marceddu
MATINA LATINA
MATINA LATINA

Comment nomme-t-on ce moment où la nuit s’arrache aux flancs des monts, que le ciel s’éclaire d’un bleu infini, et que les vallées s’éveillent à un jour nouveau, limpide, cristallin ? En corse, cela porte un très joli nom : una matina latina, un matin radieux, mais cela pourrait tout aussi bien s’appeler « espoir ». L’espoir de voir se poursuivre une aventure commencée voilà bien des siècles, celle de la langue corse et de sa littérature. Il y a des évidences qu’il faut réaffirmer, marteler sans cesse, sous peine qu’elles ne se dissipent. La Corse est une terre de latinité ; notre langue est italique...