Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AVALI avali, a rivistablog primurosa di u spannamentu di a pruduzzioni litteraria corsa d’oghji, ma à tempu locu di baratti è di critica suciali.

L'INTRICCIATA

Marceddu

Puisii

Intricciata-blog-.jpg
Pueta annaturalatu, di virsura schietta, d’ìnduli propiu, Marcu Ceccarelli rapisci u cori è a menti di chì u leghji cù sti spichi di puisia accolti da alzà u lumu par sopr’à a bughjura. L’orbu tarrincu pari ch’eddu si scundisessi. L’umanità cresci in quantità di ghjenti, ma forza parti subisci i sempiterni numicii : guerra, fami, seti, pidimii… U XXu sèculu fù u peghju di tutti i sèculi. L’abiezzioni in cori à a civiltà umana. U regima nazista praputenti vulìa eliminà u pòpulu ghjudeu. In quant’è à u stalinìsimu si cunnosci dinò i crìmini smisurati. A stola di i disgrazii è di i disgraziati hè à i nùmari infiniti.

A campa, l’umanità spera sempri chì u mondu fussi più umanu. Hè dinò a risorza spirituali di u pueta. Ancu attraversu à u lagnu acutu scegli in a spissezza di u bughju u fiori luminosu. Hè chì u pueta, à ringraziallu, pugna di risista. Suprana a paura. Si metti à i rìsichi. Eppo si lenta à corra. Brama di salvà l’umanu drentu à l’omu.
Marcu Ceccarelli hè furtunatu à sparti cù noscu a so furtuna : a parola lìbara, a parola chì alza, a parola chì canta.

Poète naturel, à la recherche du vrai et du juste, Marcu Ceccarelli ravit le cœur et l’esprit de celui qui découvre ces vers assemblés en rayons de lumière déchirant l’obscurité. La cité mode semble se dissoudre. L’humanité croît en nombre et en malheurs et un grand nombre d’hommes demeurent accablés par nos éternels ennemis : la guerre, la faim, la soif, les épidémies… Le Vingtième siècle écoulé fut le pire de tous. L’abjection avait niché au cœur même de la civilisation humaine. Le tout puissant régime nazi avait programé l’éradication du peuple juif. Quant au stalinisme, aujourd’hui nous est révélée l’immense cohorte de ses crimes. Le flot des victimes ne semble avoir de fin aucune.

Par chance, l’humanité a toujours foi en un monde plus humain. C’est également en cela que réside la ressource spirituelle du poète. Dans l’épaisseur des plaintes qui s’élèvent vers le ciel, il sait choisir le bourgeon lumineux. Car le poète, et nous devons l’en remercier, tente de résister. Il domine la peur. Il s’expose. Et puis il se précipite armé du désir de sauver l’humain au cœur de l’homme.
Rinatu Coti

- Matina Latina vi pruponi una puisia tratta da L’Intricciata -

Indù sò

Indù sò i banderi bianchi à testa di moru
Chì u ventu strattaia sutt’à u celi turchinu
Indù sò i ziteddi chì fenduli dicoru
Cantendu l’Innu corsu li stàiani vicinu…
Indù sò l’oratori dundi a boci schietta
Facìa sbattuzzà u cori d’emuzioni
Indù sò, strinti in fronti, i bianchi falzuletta
Di una ghjuvantù spirendu una nazioni… ?
Oghji l’odiu crudeli hà tumbu a fratiddanza
I falzuletta bianchi si sò tinti di neru
Di quidda ghjuvantù si n’hè morta a spiranza
Ùn ferma chè l’angoscia di u bughju addisperu…
Una carrega biota à l’agnu d’una tola
Davanti à una mamma cunsumma da u pientu
Davanti à una sposa chì più nienti cunsola
O d’una innamurata chì canta u so lamentu… !
Indù sò…

L’Intricciata, Marcu Ceccarelli, Matina Latina-Cismonte & Pumonti, 110 p., 12 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires