Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AVALI avali, a rivistablog primurosa di u spannamentu di a pruduzzioni litteraria corsa d’oghji, ma à tempu locu di baratti è di critica suciali.

RIEN FAIRE

marceddu

Un ciel de fer hè a cronaca cutidiana di l'alienazioni di l'omu/uparaghju, dumatu è liatu à a mascina, sfracicatu da a logica spietata di u capitali disumanizatu. Rumanzu di lotta è di spiranza, hè dinò a tistimunianza di 'ssi vii d'esiliu ch'eddi funi custretti à piglià tanti è tanti Corsi longu à u vintesimu seculu scorsu, scalata in un universu, scunisciutu, difficiuli è crudu ancu (u Cuntinenti, l'usina è a rialità uparaghja).


   Ce matin-là, comme à l’accoutumée ou presque, il n’y avait pas de soleil. À peine réveillé par mon infernal réveil, je retrouvais machinalement mes gestes habituels. La toilette expédiée, j’allais prendre le café au self du FJT où je retrouvai des amis, leurs cerveaux aussi en panne que le mien. Après un faible bonjour, il ne me restait plus qu’à prendre le bus et le métro pour arriver jusqu’à l’usine.


   Que j’aurais aimé rester au lit, longtemps, sans bouger, sans penser à rien, sans but, sans projet, sans aujourd’hui ni demain. Quelque part j’étais devenu un désir sans force, un corps domestiqué qu’un automatisme avait mis debout et qu’il entraînait vers la porte de l’usine.


   Cahoté plus ou moins gentiment par les moyens de transport, c’était durant ces trajets mornes que je pensais le plus à la Corse. Le paysage du dehors ne m’offrait que des murs, une suite sans fin de murs. Je ne voyais rien, le regard était vide pour lui. Je plongeais alors mon regard dans le fond de la tête pour fouiller dans les couleurs des images plus ou moins brèves de tel ou tel paysage de la Castagniccia. Un rocher, un sentier, une tombe, un arbre… tout ce qui avait dû quelque part arrêter mon regard et l’interrogation dans le passé.


   De sous terre jaillissaient les vagues humaines, je me laissais porter par le flot toujours à moitié endormi avec la certitude que nous allions tous au même endroit. Je refoulais la Corse derrière d’autres pensées, la masse sombre des bâtiments de l’usine émergeait à peine dans l’aube naissante. Ça me rendait de mauvaise humeur.


   Les verrières disparaissaient dans la grisaille ambiante, l’amas de ferrailles, notre menu quotidien, prenait une allure sinistre, angoissante. Passage de la couleur au gris, du splendide au laid, je me sentais soudain abattu. Je n’avais qu’une seule envie : rien faire.




à u centru, Ghj.P. Graziani, ind'è Renault.

(di maghju 1971)




Ghjuvan Petru Graziani, di Nucariu, scrittori, illustratori ed editori, hè un anzianu uparaghju spertu in mitallurgia di Renault Billancourt. Tandu, era impignatu in a Fédération anarchiste è in u Groupe anarchiste Renault (GAR). U GAR era prisenti sopr’à tuttu in u dipartimentu di l’usina chjamatu "l’artillerie" (postu ch’edd’era quì chì, duranti a Siconda guerra mundiali, erani custruiti i panzer à contu di l’armata nazista). In u 70a, Ghjuvan Petru hà scrittu à u Monde Libertaire è ancu à u biglittinu Prairial, publicazioni di u Groupe d’Etudes Sociales Renault (GESR). U gruppu anarchistu di Renault fù à l’iniziu di a greva di maghju 1973 chì durò trè sittimani "avant d’être récupérée par les staliniens de la CGT et les trotskistes de Lutte ouvrière". Fù da "l’artillerie" ch’edda scoppiò a greva, quandu, inveci chì a CGT prupunia una greva di 24 ori è basta, Ghjuvan Petru Graziani feci un parlamentu da cunvincia l’uparaghji di mova una greva illimitata. In 1986, cù Un ciel de fer (rumanzu, Ed. Cismonte è Pumonti), ci parla di a cundizioni uparaghja in l’usini di Francia è di u cumbattimentu soiu pà a dignità.
In 1977, criò a casa di dischi Vendémiaire. In 1978, publicheghja l’assaghju di Rinatu Coti, Intornu à l’essezza, in a cullizziò Paroli Sciolti. Pocu dopu, fundarani tremindù a casa d’edizioni Cismonte è Pumonti.
Di a so attività criatrici diviziosa, emu ritinutu Frombu (figuretti, 1984), La vie au bout (nuvelli, 1988), L’Affacchi (Figuretti, illustrazioni, 1989)




Commentaires