Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AVALI avali, a rivistablog primurosa di u spannamentu di a pruduzzioni litteraria corsa d’oghji, ma à tempu locu di baratti è di critica suciali.

PASOLINI

marceddu

 

Quantu mi pari sempri vivu l'insignamentu di Pier Paolo Pasolini pà metta un nomu par annantu à a rialità ch'è no campemu.

 

 
















 







Une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s'évader. Un système d'esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves « auraient l'amour de leur servitude ».

 

ALDOUS HUXLEY , le meilleur des mondes …

 

Una dittatura che avrebbe le apparenze della democrazia, una prigione senza muri di cui i prigionieri non considererebbero ad evadere. Un sistema di schiavitù dove, grazie alla consumazione ed al divertimento, gli schiavi " avrebbero l'amore della loro schiavitù."

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires
C
<br /> Je ne suis pas une spécialiste de l'histoire, mais quand j'entends ou lis des évidences qui m'éclairent, je les retiens, dumoins j'en retiens l'essentiel. La clarté des propos réalistes de Aldous<br /> Huxley, me font penser à ceux de Jules César qui aurait ordonné " Donnez leur du pain et des jeux, et nous serons tranquilles" Vingt siécles se sont écoulés...Et encore aujourd'hui, "grâce" à leur<br /> consommation à crédit imposé par le banquier mâton, à leurs divertissements payables avant réception, et à leur fièvre du jeux hasardeux de l'espoir réglementés et donc coûteux, les hommes et les<br /> femmes se complaisent dans leur prison sans mur.<br /> Et au nom de la démocratie qu'ils ont l'illusion de défendre, ils préservent "l'amour<br /> de leur servitude".Par ce constat inquiétant, je dirais, pour les excuser,puisqu'ils sont mes frères et mes soeurs, qu'ils subissent les effets pervers du syndrôme très particulier de l'otage qui<br /> admire son bourreau.C'est une pathologie psychologique, névrotique et de sur croit chronique...J'en appelle alors, aux scientifiques, aux docteurs de l'âme, aux remèdes philosophiques; mais j'ai<br /> bien peur qu'il n'y ait plus rien en pharmacie. Ma peur s'allimente de jour en jour et pourtant j'espère encore.<br /> <br /> Catalina<br /> <br /> <br />
Répondre